Réagir (4)EnvoyeriCalPartager

mardi 26 février 2019 à 14h

Grand Débat Local à Roubaix

Faire vivre le débat public est au cœur de l'action d'UPC depuis 14 ans. Nous participerons donc au dialogue et au grand débat national dans une période où nous avons plus que jamais besoin d'échanger et de définir des horizons d'actions en commun. Si nous sommes sans illusion sur l'issue du grand débat national pour modifier la politique du gouvernement, il nous semble important d'approfondir certaines problématiques soulevées par les mouvements inédits des gilets jaunes et d'Ensemble pour le climat. Nous proposons donc un grand débat local en 3 temps dont 2 s'inscriront dans le grand débat national. Nos débats seront animés à partir de l'une des 3 thématiques au choix des participants :

1. RIC, tirage au sort et démocratie : quel pouvoir aux citoyens ?

2. Pouvoir d'achat et pouvoir de vivre : comment concilier fin du mois et fin du monde ?

3. Impôts, taxes et services publics : quelle justice fiscale pour quelle solidarité ?

Ils seront organisés en deux parties :

-Les constats de la situation actuelle

-Les pistes de solutions

Le débat sera précédé d'une soupe - gratuite - places limités sur inscription (par mail : upcrouexbaix@gmail.cexom - par téléphone : 0689335312 - 0603447811)

Source : message reçu le 11 février 15h

Réagir

Informations complémentaires et commentaires ajoutés par les lecteurs du site

Réagir

Soyez le premier à réagir

Sans titre

Par Anonyme, le 26/02/2019 à 17:46

Proposer un forum sur une "réforme de l'Etat" induit, encore une fois, une ligne politique et impose, aux participants, un cadre lors de ces réunions. Idem pour le choix imposé des points à aborder.

Attaquons nous à toute forme de domination. Ne réduisons pas les inégalités économiques à une mauvaise répartition des richesses, ou aux dérives des représentant.e.s / lobby etc. La situation économique des individu.e.s est concrète et elle définit matériellement les inégalités. Cependant, elle fait partie d'un système de domination structurel, idéologique et politique, qui tend à favoriser les intérêts d'une partie de la population (blanche, masculine, âgée, cultivée etc.) et que nous reproduisons / subissons tous. Le pouvoir d'achat n'est pas synonyme d'égalité.

Partir du principe que l'on "entend tout et n'importe quoi" quand les gens se réunissent, qu'une "connaissance minimale" est requise, opposer des "fonctionnaires ultra compétents" à d'autres professions... tout cela participe à la reproduction de ces dominations. Partir de l'expérience de chacun.e afin d'identifier collectivement ces sytèmes de dominations serait peut-être un bon moyen d'éviter de fantasmer un nouveau système politique, aussi direct soit-il, mais emprunt de racisme, de sexisme, d'exploitation, d'élitisme, d'autorité, de paternalisme, de patriotisme, de productivisme, de compétences etc etc.

Stop aux insultes

Par Anonyme, le 23/02/2019 à 10:20

Qu'est ce que c'est que ces insultes ? "Traîtres, collabos" und so weiter ?

Certes, ces reunions sont vouées à l'echec parce que pour participer à un forum par ex" Reforme de l'etat" , il faut avoir une connaissance du droit public minimale. On y entend tout et n'importe quoi

Mais ces reunions font se rencontrer des gens de toutes origines, des caissières d'Auchan avec un prof de Lille 2 ; des fonctionnaires ultra competents du conseil departemental avec des manoeuvres etc; C'est dejà beaucoup

Vous avez frequenté la fac de sociologie et lu Bourdieu . j'ai lu Bourdieu dès le 1er numero de sa revue : "actes de la recherche en sciences sociales" ( 1974?) . Il écrivait comme un pied mais ses champs de recherche etaient dejà là. Ceci dit les theories de Bourdieu et les facs de sociologie ne sont pas paroles d'evangile : elles fournissent à l'instant T des explications globalisantes mais il faut garder toujours son esprit critique. Vous l'avez mais rappelez vous les " vipères lubriques" des procès de Moscou par staline, un psychopathe qui a causé entre 15 et 20 M de victimes en russie/ uKRAINE. Rappelez vous le grand timonnier et les millions de paysans morts de faim; E t plus près l'enthousiasme enfantin de la Gauche proletarienne à propos des Kmerhs rouges qui envoyaient les citadins se "régénérer à la campagne";;;

manipulation/récupération des organisateurs?

Par Anonyme, le 14/02/2019 à 14:43

Est-ce vraiment un débat quand les Organisateurs font à la fois les questions et les réponses?

1 Mettre en avant la question du RIC avant toute autre, c'est déjà imposer un choix politique "une idéologie selon laquelle en changeant quelques politiques et la constitution on va résoudre les problèmes de la planète", c'est déjà imposer son parti (Chouard) aux participants.

Macron n'aurait pas fait mieux!

2 Pouvoir d'achat et pouvoir de vivre : comment concilier fin du mois et fin du monde ?

C'est déjà présupposer qu'il faudrait opposer pouvoir d'achat et écologie. Mais qui bousille nos écosystèmes? Le MEDEF et les grands actionnaires du CAC, pour qui l'objectif dans la vie, c'est d'avoir un 7e Yatch plus gros que celui du prince saoudien! Ils bousillent aussi nos fins de mois...

3. Impôts, taxes et services publics : quelle justice fiscale pour quelle solidarité ?

La question présuppose encore que c'est par la fiscalité, et donc par l'Etat, qu'on va construire un monde meilleur ... C'est Attali ou Benalla qui vous a soufflé cette idée???

Collabos des Mulliez

Par Anonyme, le 14/02/2019 à 14:32

Celleux qui se proposent d'animer le Grand débat sont des traîtres et collabos du medef et de la macronie.

https://paris-luttes.info/scandale-le-questionnaire-pourri-11576

J'aime beaucoup ce passage, qui illustre parfaitement la mentalité des organisateurs :

"""Ce texte n'a pas vocation à dire qu'il y a des mauvais sondages et des bons, qu'il suffirait de faire ça correctement pour que ça marche. Les sondages de ce type sont problématiques en eux-mêmes. Ils fabriquent une opinion publique plutôt qu'ils ne la recueillent, comme le sous-entend la fameuse sentence de Bourdieu : « l'opinion publique n'existe pas ». Il s'agit plutôt de chercher pourquoi des experts gouvernementaux magouillent grossièrement des techniques qu'ils connaissent pourtant très bien, pourquoi ils ne posent pas les questions selon des règles qu'on peut apprendre en première année de fac de sociologie. Une réponse possible serait de dire que ce questionnaire pose des questions dont le gouvernement a déjà les réponses, alors que les GJ veulent des réponses aux questions que le gouvernement ne veut pas poser, ou plutôt poser des questions eux-mêmes et y répondre par eux-mêmes, dans les assemblées locales."""