Réagir (0)Covoiturage EnvoyeriCalPartager

jeudi 26 septembre 2019 à 10h

Journée d'étude : Dominations, langues, traduction & société

10h - 11h30. Écrire et publier en langues « minorées »

Le sujet des langues dites « rares », « minoritaires », « petites », « minorées » ou même « dominées » a des répercussions réelles dans le monde de l'édition, mais aussi de la traduction ou de l'éducation. Imaginée par Nathalie Carré, cette table ronde accueillera les traducteurs Xavier Luffin, Georges Lory, ainsi que Clémence Hedde afin de mettre en lumière les littératures africaines, en se penchant plus particulièrement sur la question de la domination éditoriale et du travail des traducteurs dans la défense de la bibliodiversité.

11h30 - 12h30 « Il n'y a rien de plus sauvage, de plus libre, de plus irresponsable, de plus impossible à dresser que les mots » : Virginia Woolf par Agnès Desarthe.

Écrivaine de langue anglaise, certes. Mais dans quelle langue écrit vraiment Virginia Woolf ? Comment s' est-t-elle emparée de cet anglais parfois écrasant, avec des siècles de littérature derrière lui, de ces mots vieux et un peu usés, pour les tordre, leur insuffler une nouvelle vie, et créer quelque chose de souple, de flottant, et tout à fait nouveau ? Agnès Desarthe, traductrice de plusieurs textes de Virginia Woolf et co-autrice avec Geneviève Brisac de La Double Vie de Virginia Woolf ( Points, 2008 ), évoquera le rapport subversif de Virginia Woolf à la langue anglaise et à l'écriture.
Modération : Christine Aventin

14h - 15h « T'as un accent, il vient d'où ? » : glottophobie, quand les accents excluent

Le sociolinguiste Philippe Blanchet est le fondateur du concept de glottophobie, une discrimination fondée sur la langue. Avec Stéphanie Clerc Conan, il a mené une enquête de terrain et collecté des témoignages de personnes discriminées à cause de leur accent, régional ou étranger, publiés dans l'ouvrage Je n'ai plus osé ouvrir la bouche. Témoignages de glottophobie vécue et moyens de se défendre ( Lambert-Lucas, 2018 ). Lors de cette rencontre, ils nous expliqueront comment le culte d'une langue, cette « passion française » en apparence innocente, entraîne le rejet de celles et ceux qui parlent autrement, toutes catégories sociales confondues.
Modération: Oumayma Hamdani

Source : http://www.lacontreallee.com/residences/dun-p…
Source : message reçu le 27 août 08h

Réagir

Informations complémentaires et commentaires ajoutés par les lecteurs du site

Réagir

Soyez le premier à réagir