Réagir (0)EnvoyeriCalPartager

samedi 24 mars 2018 à 15h

Quelle issue pour l'Indépendance de Kanaky-Nouvelle-Calédonie ?

Samedi 24 mars à partir de 15h au Café l'écart (rue Jeanne d'Arc) à Lille, rencontre exclusive consacrée au référendum d'indépendance de la Kanaky-Nouvelle-Calédonie avec notamment la présence de M. Roch Wamytan, président du groupe FLNKS (indépendantiste) au Congrès de Nouvelle-Calédonie.

Durant l'automne 2018, un évènement rare aura lieu dans le paysage politique français. D'ordinaire focalisé sur le quotidien de la métropole, les yeux et les caméras seront pour une fois braqués sur un de ces territoires d'outremer, anciennement/toujours colonisé par la France, malgré sa volonté d'indépendance. Cette attention, sera d'autant plus inédite que l'on ne s'intéressera pas pour une fois à cette région à cause du passage d'un cyclone mais bien du fait d'un événement politique majeur. C'est en effet en novembre 2018 au plus tard que doit avoir lieu la consultation sur l'accession de la Kanaky Nouvelle-Calédonie à la pleine souveraineté. Cette île du Pacifique de 269 000 habitants est sous domination française depuis 1853. Depuis cette date, le peuple autochtone Kanak, qui représentait en 2014, 39% de la population de l'île, a été la principale victime des processus coloniaux et néocoloniaux mis en place par l'Etat français depuis un siècle et demi.

Accéder à l'indépendance serait donc pour une grande majorité de Kanaks et pour leurs soutiens, un aboutissement de la lutte contre le colonialisme. Cependant, selon un sondage de 2017, 54% des personnes pouvant voter lors de ce référendum seraient pour le moment hostiles à cette indépendance et ce, pour diverses raisons.

Les enjeux de ce scrutin sont très peu abordés par les médias métropolitains. L'objectif de cette rencontre organisée par l'association Atelier d'histoire critique est de pallier à ce manque. Pour cela, Roch Wamytan, président de l'UC-FLNKS (Union Calédonienne-Front de Libération Nationale Kanak et Socialiste), l'un des deux partis les plus représentés au sein du Congrès de la Nouvelle-Calédonie, viendra exposer le programme politique, économique et social des partisans de l'Indépendance.

L'anthropologue Stéphanie Graff présentera quant à elle un historique de la colonisation de ce territoire et reviendra sur les conditions d'organisation de ce référendum. Tous deux évoqueront également les arguments et moyens utilisés par l'Etat français pour que la Kanaky reste sous son autorité.

Cette rencontre est organisée par l'atelier d'Histoire critique.
Contact : reflexexion.critiqueex@gmail.com
Facebook : atelier d'histoire critique.

Source : message reçu le 9 mars 21h

Réagir

Informations complémentaires et commentaires ajoutés par les lecteurs du site

Réagir

Soyez le premier à réagir