• Téléchargement de la carte échoué pour:https://maps.googleapis.com/maps/api/staticmap?center=50.628235140854,3.0660705993836&zoom=14&size=370x195&maptype=roadmap&markers=color:red|label:|50.628235140854,3.0660705993836&sensor=false&key=&language=fr&region=FR
thème :
Réagir (0)EnvoyeriCalPartager

vendredi 22 novembre 2013 à 19h30

LA SOCIÉTÉ DES AFFECTS. POUR UN STRUCTURALISME DES PASSIONS (SEUIL)

En partenariat avec Sciences Po Lille

en présence de l'auteur:

Frédéric Lordon, économiste, chercheur au Centre de Sociologie Européenne et directeur de recherches au CNRS

présentation:

Laurent Cordonnier, économiste, maître de conférences au Centre lillois d'études et de recherches sociologiques et économiques (Clersé)

Voilà que les sciences sociales contemporaines se prennent de passion pour les « émotions ». Mais le risque est grand que ce « tournant émotionnel » les fasse tomber dans un individualisme sentimental qui porte à son comble l'abandon des structures, des institutions et des rapports sociaux, par construction coupables de ne pas faire de place aux choses vécues. Comment articuler les affects et les désirs des hommes avec le poids de détermination des structures ? Comment penser ensemble ces deux aspects également pertinents ? et manifestement complémentaires ? de la réalité sociale, que rien ne devrait opposer en principe ? Tel est le projet d'un « structuralisme des passions » qui fait travailler les concepts fondamentaux de Spinoza, le conatus et les affects, dans la pensée de Marx, Bourdieu et Durkheim. Et qui livre par là une nouvelle perspective sur la part passionnelle des structures du capitalisme et de leurs crises. Économiste devenu philosophe, Frédéric Lordon s'attache au fond par ce travail à la « réfection de nos sous-sols mentaux ». Parce que seule la destruction du socle métaphysique de la pensée libérale permet de concevoir que le déterminisme structural n'est nullement incompatible avec une pensée de la transformation sociale.

Réagir

Informations complémentaires et commentaires ajoutés par les lecteurs du site

Réagir

Soyez le premier à réagir